De tout cœur avec vous…

bougie 1.jpg

Cette flamme symbolise tous les défunts emportés par cet accident.

Chers parents dans la douleur,

Je m’associe à vous pour vous dire ma douleur, ma tristesse, qui, soyez assurés, vous accompagne.

Vous n’aviez pas prévu ce qui allait arriver, l’horreur, l’impensable. Personne ne pourra se mettre à votre place, tous les mots réconfortants soient-ils, toute la solidarité, et le soutien qui s’organise autour de vous, je sais, ne vous consolera pas.

En tant que porte-voix de tous ces jeunes depuis un moment, je n’ose imaginer le mal être et la culpabilité de ceux et celles qui restent.

Il sera très important, dans les jours qui viendront, voire indispensable de les entourer, de les rassurer, et qu’ils sortent les maux de leurs têtes, pour les traduire en mots, en ressentis, en sentiments, en pleurs s’il le faut, mais SURTOUT pas, EN AUCUN CAS, rester avec sa douleur, s’isoler, et ruminer son chagrin.

Je m’associe à vous tous , habitants de Millas, pour vous dire toute ma douleur, et toute  ma tristesse, qui soyez assurés, vous accompagne.

Toutes Mes Sincères Condoléances

http://www.villedemillas.fr

 

Publicités
Publié dans Faits d'actualités | Laisser un commentaire

Et le regard des enfants sur le handicap, on en parle?

handicap

L’ordre du jour très clair!

Elodie Coquerel

Elodie COQUEREL organisatrice de l’évènement

 

 

Chaque année, pendant la 3ème semaine de novembre, du 13 au 19 novembre 2017 cette année, de nombreuses initiatives sont organisées (conférences, débats…),pour contribuer à changer la perception du handicap en entreprise, dans la société.

C’est également la Semaine Européenne pour l’emploi des personnes handicapées. Mais je ne vais pas parler des adultes handicapées ici, mais je tenais à le souligner, car cela me semble important de le rappeler.

façade école.jpg

entrée école.jpg

L’entrée de l’école

chaussons.jpg

Les petits chaussons des enfants

J’ai été conviée à une conférence qui se déroulait le mardi 14 novembre 2017, dans l’école Saint Marcel , dont je vous laisse le soin de découvrir, en allant sur leur site, http://www.ecole-saint-marcel.fr, à Paris. Déjà plus d’1 mois s’est écoulé depuis… Comme le temps passe vite!! J’aurais voulu l’écrire en sortant de l’école, tellement j’ai trouvé ces échanges riches et si intéressants, mais je n’ai pas eu une minute à moi! Concilier articles, reconversion et nouveau travail! Je ne savais plus où donner de la tête! Petit aparté… Mais revenons à notre thème!

La conférence a débuté par quelques chiffres qui méritent qu’on s’y arrête, et qu’on les cite:

  • 18% de la population active, 15% sont touchés avant l’âge de 15 ans.
  • 80%  présente un handicap invisible.
  • 30% des familles sont concernées par le handicap.

A chaque fois que j’aborde un thème, je parle toujours de l’éducation, qui me semble le fondement principal, ce, sur quoi repose toutes les valeurs, et les transmissions à vos enfants.

Dans mon ancien métier, j’ai côtoyé des enfants atteints de handicap léger ou non. Ce qui m’a frappé, c’est la nature ‘pure » des enfants valides. Ils n’en font pas toute une histoire, ils savent que l’enfant avec qui ils sont est différent, mais cela ne va pas au delà.

C’est là que les adultes entrent en scène, si j’ose le formuler ainsi… Ce regard d’adulte inquiet pour sa progéniture, cela va être contagieux? (eh! oui! si j’écris cette phrase aberrante, inadmissible,  c’est que je l’ai déjà entendue!!)? Tu ne peux pas jouer avec un autre copain? Il est dangereux, violent?… On pourrait en citer des phrases et des exemples, chacun et chacune, devons en avoir quelques illustrations, des images ou des réflexions encore très présentes, certes c’est une lutte de tous les instants, mais ce serait perdre du temps vainement… Rien de constructif.

béatrice dallenbach.jpg

Béatrice DALLENBACH a une fille de 13 ans handicapée. La phrase qu’elle a dite, que j’ai retenue, c’est: respect, humanité, tolérance et solidarité, être handicapé et heureux c’est possible.

marc lévi.jpg

Marc LEVI qui a parlé du pianiste jazz virtuose Michel Petrucciani qui a fait 2 tentatives de suicide, je suis restée bête, je pensais que cet homme avec un énorme talent, était heureux dans sa vie. Comme quoi…

virginie delalande.jpg

Virginie DELALANDE, sourde profonde qui a passé son diplôme d’avocat.  Elle s’est adressée à ceux qui ont des enfants handicapés, dans l’assemblée, en disant: il faut lever les barrières, et croire aux rêves de vos enfants.

 

Voyons de plus près les impairs à ne SURTOUT PAS COMMETTRE:

  1. Eviter les maladresses, savoir choisir le moment
  2. Adapter le langage, permettre aux enfants de s’y habituer, les éduquer pour leur donner l’occasion de s’exprimer librement, et de répondre à  leurs interrogations.
  3. Laisser les enfants  donner leurs avis, leurs ressentis, s’ils se sentent mal à l’aise, ou pas, et pourquoi?
  4. Ne pas hésiter à faire des analogies en revenant vers lui, sous forme de comparaison ex: il a besoin d’aide comme toi tu en as besoin quand tu ne t’en sors pas tout seul, et que tu as besoin de moi.
  5. Ne soyez pas mal à l’aise si votre enfant vous demande des explications, ne fuyez pas la question, car c’est un vrai tracas pour lui, s’il ne comprend pas,ce n’est nullement de l’insolence, ou une manière de vouloir se rendre intéressant! Vous apprécieriez vous, si vous posiez une question, qui, à vos yeux exige une réponse, et que pour tout éclaircissement, vous auriez, une vague explication qui ne vous satisferait pas, ou pire, la personne en face de vous ne  manifesterait aucune réaction? Je connais votre réponse!! Vous seriez terriblement agacé!! Donc comprenez-les, et mettez-vous à leur place, le temps d’un bref instant.
  6. Dépasser ses peurs, parce qu’en définitive, les réflexions, les regards déplacés, ne sont qu’une manifestation d’une angoisse, d’une peur, enfouie tout au fond, qui ne fait que se révéler, poussé par un élément déclencheur.
  7. Ne pas se moquer, ne pas mettre à l’écart.
  8. Et enfin, ne pas REGARDER AVEC INSISTANCE, c’est terriblement gênant pour la famille, ou l’enfant handicapé moteur par exemple, qui a toute sa tête et qui subira les regards insistants, ou encore les chuchotements à son encontre!

NE TRANSMETTEZ PAS VOS PEURS A VOS ENFANTS. ILS N’ONT PAS A PORTER CE QUI NE LEUR APPARTIENT PAS.

AYEZ DE LA BIENVEILLANCE, COMME IL PEUVENT EN AVOIR. PARFOIS IL EST BON DE REGARDER, ET D’ECOUTER CE QU’ILS ONT A DIRE…

Sources et liens cités par les intervenants au cours des échanges:

 

Publié dans Développement et vie de l'enfant | Laisser un commentaire

Un petit devenu grand…

Cela fait quelques semaines déjà que le reportage sur Kylian Mbappé, est passé sur une chaîne commentatrice de sport. Rassurez-vous je ne vais pas me mettre à commenter du foot! Non! Oh! Non!

Au delà du fait que toute sa famille soit sportive, on met l’accent sur le fait qu’il ait un équilibre familial!

A entendre les auteurs du reportage, cela semble relever de l’extraordinaire. Eh! bien non, c’est tout simplement NORMAL!! Quel cliché! , le sous-entendu était criant de vérité, mais chuuut! On ne doit pas le dire! Un jeune noir, qui a vécu dans le 93, et qui est brillant dans sa discipline, équilibré, calme????

façade immeuble.jpg

Quelque part entre Pont de Bondy et Avenue de Rosny, Kylian envoie un message aux jeunes comme lui :  » Tout est possible, si on se donne la peine ».

Mais tous les jeunes, de quelque horizon qu’ils soient, pourraient avoir cela si les parents s’en donnaient la peine, et ne se cachaient pas derrière tout un tas d’excuses!

Par pitié, ne me sortez surtout pas l’argument financier, parce que les enfants, les jeunes  ont besoin de présence, de partage… Seulement, quelquefois, les adultes vont si mal, sont si orgueilleux, égoïstes, ou ne veulent pas reconnaître leurs torts, que les enfants, les jeunes rentrent dans un engrenage, un processus d’enfermement sur eux-mêmes, et finissent par se murer dans le silence, fuient une réalité insoutenable, en s’aidant des paradis artificiels (alcool, drogue etc…), s’adonnent aux jeux vidéos sans fin, les réseaux sociaux, parce qu’au moins y a des jeunes comme eux qui les écoutent et les soutiennent! Ils se protègent comme ils peuvent pour ne pas souffrir! C’est une main tendue, il faut la voir et lire entre les lignes, de préférence, avant qu’il ne soit trop tard, ou pire reculer l’échéance.

C’est pour toutes ces raisons que les commentaires des journalistes, auteurs du reportage m’ont gêné, voire même exaspéré. Il est talentueux, il est travailleur, il possède un vrai équilibre familial, il a su s’entourer des bonnes personnes.  Dès les premières minutes, du reportage, avant même que le côté famille ne soit abordé, j’ai dis : on sent le cadre derrière. Effectivement, il a grandi, évolué,  avec une discipline, des cadres, de la fermeté. Dans son parcours, il a été enchanté, déçu, mais à chacun de ses moments forts, tristes, passages à vide, épreuves difficiles, il a toujours bénéficié du soutien indéfectible de ses proches et amis.

Certes, je réitère que nous ne nierons pas son talent, mais quand vous le voyez répondre à la presse, toujours de manière respectueuse, traiter les personnes avec déférence et respect, c’est parce qu’on le lui a appris. Ce sont des valeurs qu’on lui a inculquées, dès le jeune âge, il n’a pas assimilé cela tout seul.

Alors! Qu’on se le dise! SON EDUCATION lui a ouvert les portes, car il devait fournir 2 fois plus d’efforts, mais cette culture de la persévérance, on la lui a enseignée.

Et moi pour finir, je saluerais TRES RESPECTUEUSEMENT ses parents qui ont compris que le seul moyen pour voir leur enfant se développer, et réussir, c’était de lui transmettre les essentiels de la Vie pour lui permettre de vivre de sa passion, tout en affrontant ce monde parfois très cruel (encore plus dans ce milieu!). Se préparer aux désillusions, rebondir, et se relever aussitôt.

C’est son éducation qui lui a permis de développer, d’affiner son talent, et son niveau auquel il est aujourd’hui, ET NON L’INVERSE!!

 

 

Publié dans Faits d'actualités | Laisser un commentaire

La persévérance, une qualité à toute épreuve…

Aujourd’hui,  je voulais aborder le sujet de la persévérance. Je suis fière d’avoir acquis, assimilé cette qualité, et ce, grâce à mes parents, aujourd’hui tout deux partis, car vu le parcours de reconversion professionnelle que j’ai entamé, et brillamment réussi, avec de nombreuses circonstances heureuses autour de moi, il en fallait une énooorme dose!

persévérance

Persévérer, faire des efforts dans une direction dans le but d’atteindre ses objectifs, à court, moyen ou long terme. Lorsqu’elle est enseignée, dès l’enfance, elle se révèle à l’âge adulte. Je prendrais l’exemple de la fille d’une amie à qui on a dit que sa crêpe n’était pas prête, et qu’il fallait attendre un moment. Quand d’autres enfants seraient déjà sous la table, ou pleurnicher, se plaindre ou je ne sais quoi! J’ai vu une petite fille attendre sagement, patiemment, tranquillement! Pourquoi? Parce qu’on le lui a appris! Cette phase d’apprentissage de la persévérance passe par plusieurs stades, et plusieurs réflexions que l’enfant se fait à lui même sans que vous vous en rendiez compte, j’explique:

Il existe une grande différence si on dit à l’enfant systématiquement « si tu es sage, on fera ça, ou on ira là, je te promets que… Peu importe, il attendra SAGEMENT parce que vous lui avez promis une récompense à la clef!

Mais que se passe-t-il lorsqu’il doit patienter GRATUITEMENT? FAIRE AUTREMENT QUE D’HABITUDE? Eh! bien il rechigne! Pourquoi? Parce que vous l’y aviez habitué, c’est un enfant, il a cru que cette façon de fonctionner, serait tout le temps la même! Alors du coup pour lui expliquer la frustration, l’attente, le vide cela va être un peu compliqué, puisque ce sont des manières qu’il doit acquérir, qui, à ses yeux, ne lui semblent pas normales voire étrangères à ses propres habitudes!

classeurs

 Cela débute dès sa naissance, apprendre à attendre, la tétée, si le rythme du bébé est tous les 3 heures, personne ne doit intervenir pour dire, ah! tu ne vois pas qu’il a faim? Même à 2h30 de la tétée, faire attendre, c’est lui inculquer la patience. J’observe parfois les gens dans la rue avec leurs enfants, l’heure du goûter, dans le métro, la maman rencontre de petites difficultés pour ouvrir le paquet de biscuits, l’enfant commence à trépigner, la maman panique! Mais pourquoi? Qui commande?  A-t-on oublié que les enfants ne décident pas?

Certes, le monde va vite, la technologie, on veut tout vite et rapidement, mais si cette persévérance, laisse trop de place à l’impatience, les enfants vont se perdre, parce que c’est une qualité qui sous-tend toutes les autres, car elle permet de faire face à la frustration, l’angoisse du vide, et parfois dans des moments critiques de la vie, soit elle la magnifie par la reconnaissance d’avoir attendu et d’obtenir le meilleur, soit elle fait sombrer dans des abîmes dont on peut ne pas se relever.

victor hugo

 Sources images:

 

 

 

Publié dans Expériences vécues | 2 commentaires

Séance cinéma!!

vignette breakfast club

Aux infos hier, il était annoncé qu’une campagne allait être mise en place: « les mots blessants »; On interrogeait les parents et, à l’unanimité, ils disaient qu’ils avaient déjà humilié leurs enfants en disant « tu es nul(le), tu ne sais rien faire, tu es méchant, laisse moi faire… Ils ne se rendaient pas compte forcément de l’impact, ou ils voulaient tout simplement bien faire. Seulement, des paroles blessantes, qui, à la longue, se logent dans l’inconscient de l’enfant, et quand il parvient à l’âge adulte, ces mots répétés sont gravés, s’amplifient, et c’est ainsi qu’on retrouve des adultes en thérapie. Les mémoires inconscientes, ce peut être une odeur, une image, une parole, tout ce qui fait qu’un souvenir va remonter à la surface. Quand c’est agréable,  cela construit l’enfant! Mais je vous laisse imaginer quand c’est un mauvais souvenir, ou quelque chose de très douloureux qui a été vécu, pour les déprogrammer, cela va être long, ardu, parsemé d’embûches, et parfois malheureusement, cela ne se finit pas par une fin heureuse, ou équilibrée du moins.

                                                   breakfast club

Je voulais vous parler du film que j’ai regardé  » The Breakfast Club », un classique m’a-t-on dit! Classique que je n’avais jamais encore vu. Je vous plante le décor, film des années 80, avec des looks improbables de ces années là, en regardant, je me suis dis, tiens j’ai déjà vu un look semblable au lycée… Mais ne nous égarons pas! C’est l’histoire de 5 ados qui ne se connaissent pas, viennent de milieux très différents, une gâtée pourrie qui a tout ce qu’elle veut, un autre qui est dans l’équipe de foot de l’école, avec tout ce que cela comporte comme contraintes, un matheux compulsif pour remplir un vide, une fille à l’allure détraquée, et un ado, au centre du film qui vit un contexte familial violent, mais qui s’est blindé à force, et ne montre aucun sentiment. Ils sont convoqués un samedi parce qu’ils sont tous collés., par leur professeur, un tyran, vache, sans cœur aux préjugés hâtifs. Ce qui est intéressant dans ce film, c’est qu’en apparence, ils n’ont carrément rien en commun. Et pourtant, quand ils auront passé les barrières des insultes, de se jauger, se critiquer, ils vont finir par en venir aux confidences. Lorsque le professeur parle d’eux au concierge, il dit que ce sont des enfants difficiles. Voilà le centre du problème, si vous les observez, et prenez le temps de les connaître, ils sont touchants. Le thème est atemporel, qu’on soit riche, ou manquant de moyens, la donne est la même quand ces ados disent que leurs parents ne s’occupent pas d’eux, ils n’ont pas le temps, ils travaillent trop, alors rapportent des cadeaux pour se déculpabiliser, ou les tapent quand ils n’ont pas la réponse à ce qui s’apparente à de simples questions, nullement de l’insolence, ou encore quand ils ne font pas comme ce que les parents voudraient, ce qui engendre de la souffrance chez l’enfant, mais ils sont tous partagés en disant que ce sont leurs parents et qu’ils ne peuvent rien dire. Bon! Dieu merci! Aujourd’hui, les enfants ont pris le pouvoir de la parole, quelquefois ils s’en emparent et c’est assez salvateur parfois.

Ce qui m’a scotchée, c’est de constater que ce thème était déjà très présent dans l’esprit des gens qui ont tourné ce film en 1985! Et je vous conseille de le regarder vous en apprendrez énormément sur les ados, et leurs comportements, car tout ce qui s’y passe, n’a pas vraiment énormément changé! Un film qui m’a fait réfléchir sur le comportement des adultes, que je trouve récurrent.

Ressources images:

 

Publié dans Activités/Cinéma/Théâtre enfants | Laisser un commentaire

Vive la rentrée!

Pour certains c’étaient encore les vacances jusqu’à hier, peut être que d’autres se trouvaient sur la plage une dernière fois pour refermer la page des vacances d’été, avec du beau temps en prime! Et puis vous avez les familles organisées qui tiennent à arriver une semaine ou quelques jours avant, pour préparer la rentrée. Quand on a de grands enfants au collège ou au lycée, on va dire que le stress est différent, il n’y en a quasiment pas, puisqu’ils se prennent en charge tout seuls! En revanche pour les premières fois comme l’entrée à la crèche, la première section de maternelle, le CP, ou la 1ère année de Fac, les parents sont un peu nerveux.  Vos enfants sont partagés entre l’excitation de retrouver les copains, leur environnement, et la peur de l’inconnu, de nouvelles situations. des petites peurs récurrentes, comme quels profs on va avoir ? J’espère que ce n’est pas M Untel, ou Mme Unetelle… Des appréhensions qui n’iront pas bien loin. Tout le monde réagit différemment. Certains vont pleurer, être tristes et le montrer, et d’autres seront complètement à l’aise.

Sachez! Chers parents, mais vous le savez déjà! C’est vous qui détenez les clefs du bien être de vos enfants. Vous leur communiquerez vos angoisses et vos appréhensions  OU votre joie de le voir entrer à l’école, pour faire ses premiers pas au sein de la société. Quand vous voyez une maman qui n’arrive pas à quitter son enfant, parce qu’il va passer la journée tout seul. Remarquez bien que c’est par elle que la situation dégénère! Je sais ceci est dur à entendre, et à accepter, mais maintes fois je l’ai constaté. Une fois que le papa ou la maman est parti, l’enfant pleure, mais lorsqu’on lui parle, qu’on le rassure, il finit par comprendre, se calme, et va jouer. Nooon! Il n’est pas tout seul, il va se socialiser, se faire de nouveaux copains, affirmer son caractère, ses choix, son avis sur une foule de choses. Bref, il va s’éloigner de vous, et entrer de plain pied dans la vie réelle et concrète. C’est ainsi qu’il va commencer à appréhender la vie en collectivité, pour se comporter de manière appropriée en société, prendre position au sein des personnes qu’il va côtoyer chaque jour, car nous le savons ils passent plus de temps à l’école qu’à la maison. Le rythme va reprendre son cours, les grandes vacances sont bel et bien terminées.

A tous mes diamants, petits et grands, je vous souhaite une excellente rentrée!!

Publié dans Développement et vie de l'enfant | Laisser un commentaire

Le déménagement, un sacré changement…

Ce soir, je tenais à vous parler d’une situation nouvelle qui s’est présenté: le déménagement. Non! Rassurez-vous ! Je ne vais pas transformer ce blog en « tout pour la maison ». Je tenais à en parler parce que si moi,  en tant qu’adulte, j’ai été pas mal chamboulée, je n’ose imaginer ce que cela peut faire chez vos enfants, chers parents!

S’installer quelque part, et ne pas bouger durant un certain temps, nous permet d’installer quelques habitudes, des repères. Nous faisons connaissance avec des personnes, bref nous sommes bien implantés, le quartier, les rituels, tout ce qui fait que nous sommes rassurés.

Tout à coup, les choses s’accélèrent. nous partons du lieu qui nous est familier, pour plonger dans l’inconnu, ce qui provoque une transformation radicale sur tous les plans:

  1.  Nous commençons à douter.
  2.   Vous vous posez beaucoup de questions, comme comment sera l’école des enfants, vont-ils s’y plaire?
  3. Etant donné que les enfants quittent leurs copains de classe de maternelle, primaire, collège, lycée ou fac, la question cruciale que vous, parents vous vous posez, est vont-ils se faire d’autres copains, lier d’autres amitiés?

LA RÉPONSE EST OUI. Oui parce qu’ils ne raisonnent pas comme nous, ils sont capables de s’adapter assez vite , bon parfois je vous accorde que cela met du temps mais SI VOUS VOUS ÊTES ANGOISSES A CE SUJET, SACHEZ QU’ILS LE SERONT AUSSI.  Les sentiments négatifs ou positifs se transmettent, et ils ressentent ce que vous ressentez!

En définitive, dans l’idéal, quelle serait  la marche à suivre?

  • Organiser une réunion avec les enfants, autour de la table.
  • Expliquer, si possible montrer des photos,, des plans de la maison, afin qu’ils commencent à s’approprier les lieux, qu’ils commencent à faire un chemin dans leur tête.
  • Ensuite, les accompagner dans l’empaquetage de leurs affaires. Pas à pas, leur montrer, l’organisation, le rangement, et mentionner le contenu , ne pas oublier de l’écrire sur le carton, pour éviter les énervements ou les cris inutiles.
  • N’hésitez pas à leur demander leur avis, visiter le futur appartement avec eux. Habiter dans un lieu qui ne nous plaît pas, ne nous fait pas nous sentir à l’aise! Donc,  mettons-nous à leur place! S’il vous plaît, au nom de leur bien-être que je ne cesse de défendre, ne mettez pas  les contingences d’adulte en priorité, car cela peut être désastreux pour la suite.
  • Soyez patients, réfléchissez ensemble, c’est un lieu où tout le monde devra se sentir bien.

Quelquefois les surprises se présentent au détour du chemin, un appartement « coup de cœur », mais également, au prix que vous aurez souhaité mettre, et si vos enfants sont satisfaits, ce sera la cerise sur le gâteau! Une satisfaction pour tout le monde!

 

Publié dans Expériences vécues | Laisser un commentaire