ASMAE, un combat de tous les instants…

Ambiance silencieuse et feutrée, des murmures et des conversations, en attendant l’évènement. Nous entrons dans un lieu original et insolite, l’Archipel, une chapelle transformée en bibliothèque, nous levons les yeux, et sommes environnés de livres!

asmae1asmae2asmae4asmae3

asmae5

asmae

J’ai pris la décision, d’assister à cette table ronde-petit déjeuner, motivée par la personne qui m’a accompagnée, mais aussi par le thème:

« L’éducation des enfants: droit fondamental, et levier de développement économique et humain. »

Pourquoi? Parce que l’association ASMAE, http://www.asmae.fr/, me touche particulièrement, d’une part, parce que je suis sensible à tous ceux qui sont sensibles, à la cause des enfants, et d’autre part, c’était une grande dame, qui a mené de front, des combats de grande envergure.

Elle a su braver les préjugés, lever le voile sur certaines interdictions, certaines barrières, tout en gardant son identité, sans aucun compromis, ne reniant jamais ses convictions.

Pour elle, qu’on soit chrétien, ,musulman, ou d’une autre confession, n’était pas ce qui importait à ses yeux. Elle prônait une seule valeur, le sens de l’humain.

Je ne referais pas la conférence, dans son intégralité, mais je reprendrais les points, les informations, qui ont retenu mon attention.

Une date à retenir: 20 Novembre, journée internationale des Droits de l’Enfant.

En France, ailleurs, ou dans les populations en migration, on compte 1 enfant sur 5, qui évolue, et vit sous le seuil de pauvreté.

Quelques chiffres:

100 millions d’enfants, non scolarisés, ce chiffre vient d’être ramené à 57 millions aujourd’hui. Quelques progrès ont été fait dans ce domaine, car » chez ASMAE, on a la conviction de faire bouger les choses ». A l’approche de la COP 21, la conférence sur les changements climatiques, qui va se dérouler à Paris, bientôt, met en évidence, aussi les familles qui vivent dans la pauvreté, dû au réchauffement climatique.(Propos de GINDRE Sabine:Présidente Association ASMAE).

IMG_20151112_092153


Un sondage auprès de 1000 personnes âgés de 18 ans et plus, en France a été effectué au mois de Novembre, par Harris Interactive, concernant la notion d’éducation, et de développement.La question qui a été posée était comment les Français articulent-ils les 2 notions en France, et dans le monde?

Voici les critères très importants qui sont ressortis, pour qu’un enfant se développe bien:

  • Protection de la maltraitance
  • L’école
  • Manger à sa faim
  • Avoir un logement
  • Avoir accès aux soins de santé
  • Entourage d’adultes bienveillants, et affectueux
  • Avoir des amis
  • Avoir des activités sportives

Le panel est arrivé à la conclusion, que la scolarisation des enfants,est plus achevée, en Europe, que sur les autres continents.Toutefois, les clichés persistent, sur l’Afrique, les Français pensent qu’elle est en retard.

Un pays qui néglige l’éducation des enfants, compromet son développement social, humain. Il renvoie le reflet d’un pays, qui va mal, et à plus grande échelle, il renverra une mauvaise image au niveau international.

Beaucoup de Français ignorent, ou n’ont pas conscience que l’impact économique de l’éducation et du développement, sont des enjeux très importants.

Là où il y a manque d’éducation, de scolarisation, il y a risque de conflits accrus( guerre, enfant-soldat…)

Une grande attente d’amélioration, de la mobilisation, de la collaboration des familles, des enseignants, ainsi que des pouvoirs publics.

Un désir de renforcement de la solidarité inter-générationnelle, pour une meilleure transmission des valeurs.

Ensuite Florence Arestoff, économiste à l’Université Paris-Dauphine, a pris la parole.

arestoff

Elle a  comparé un investissement dans l’éducation, à un investissement immobilier.

Le sujet sur l’éducation des filles, comme facteur de justice sociale, m’a beaucoup interpelé.En Afrique subsaharienne, il y a un taux d’alphabétisation de 40%, ce qui a des effets sur la croissance. La santé des membres des ménages, les enfants mieux soignés, mieux nourris, constituent des facteurs de croissance.

Plus les femmes sont éduqués, faible sera le taux de fécondité, donc un réel impact démographique.

Laura Abadia, chargée de la valorisation recherche pour J-PAL Europe.

IMG_20151112_100831

Cette  intervenante a enchaîné sur le décrochage important en France, et en Europe. Elle disait que si l’on se concentrait sur une meilleure santé, on aurait une meilleure participation, plus active, plus dynamique, et donc un taux d’absentéisme en baisse. Elle a dit également que l’amélioration des programmes sociaux, permettrait un gain,en terme pécuniaire.

Elle disait je cite »parfois on peut identifier des problèmes simples, et les régler avec des solutions peu coûteuses ». Fin de citation.

Puis, est venu le tour de Magdi Sidhom, de l’EACD-Egypte.IMG_20151112_104413Vieux compagnon de route de Sœur Emmanuelle, comme il s’est décrit.

Il nous a parlé de cette femme,  sa foi, son entêtement, ses actions.

En Egypte, il y a entre 12 et 18 millions de chrétiens. Les » chiffonniers », ou les chrétiens oubliés, ont trouvé grâce aux yeux de Sœur Emmanuelle. Elle s’est battue pour que ces hommes et ces femmes, puissent revendiquer leurs droits, au même titre que les musulmans, elle a dû affronter de nombreux obstacles, avec de la persévérance,  un projet que je salue, a vu le jour, par la suite, la création d’un jardin d’enfants où cohabitent enfants de chrétiens et de musulmans!

Une méthode d’éducation, cultivant le respect, et empêchant le développement de la violence, grâce au programme Montessori, et en associant toujours, le tandem santé/ éducation.

J’ai retenu aussi qu’un programme bien établi, claire et une bonne organisation,  laisse apparaître une bonne gestion du travail.

Il a insisté, et je suis entièrement d’accord avec lui, sur le fait que l’éducation est l’affaire de tous, éducateurs, enseignants et parents, pour leurs enfants.

Enfin, Marina Laabi (à droite sur la photo), consultante- cabinet LM Conseil a parlé du programme Diversité.

Enquête réalisée à Paris, et en Seine Saint Denis.

En quoi consiste ce programme? Une implication, et une participation des habitants, une évaluation sur l’enfant et l’éducation.

Voici les constats, pour le départ de ces réunions de ces collectifs:

  • Indicateur de précarité
  • Chômage
  • Primo-arrivants

Lorsque les familles s’installent, ne parlent pas français, immédiatement, il y a barrière de la langue, donc, elles s’isolent et sont en totale rupture avec la société, et les institutions( école, Caisse d’Allocations Familiales…).

Le collectif a restauré, rassuré les familles, qu’elles ne sont pas toutes seules à vivre cette situation.

Ces parents perdent totalement leur autorité parentale, car les enfants scolarisés, s’insèrent dans le système, et s’éloignent de leurs parents.

Le collectif permet aux parents de parler des problèmes et des difficultés rencontrés, comme la délinquance, la dégradation de leur fonction parentale éducative.

Se mettre à plusieurs , et se battre, leur permet de restituer, petit à petit leur fonction parentale éducative.

Et les choses avancent, puisqu’il y a 10 ans de cela, ces mamans, étaient constamment accompagnées par un agent de développement. Aujourd’hui, elles sont engagées, sur le devant de la scène(institutions), il y a plus de solidarité intergénérationnelle. Les jeunes participent, ont des choses à dire. Ils s’éduquent, peu à peu, à la citoyenneté.

En résumé, cette table ronde m’a ouvert les yeux, sur le fait, que quelquefois, les parents ont une réelle volonté, mais à cause des contingences économiques, sociales et sociétales, ils avancent difficilement, et rencontrent de nombreux obstacles, qui pourraient être évités.

Enfin, Catherine Alvarez, Directrice Générale d’ASMAE, a clôturé le débat, en reprenant les grandes lignes. N’oublions pas de mentionner le journaliste Laurent Grzybowski, qui a mené ce débat, et cette séance de questions-réponses, avec talent!

 

Comme le disait si bien Magdi Sidhom, vieux compagnon de Soeur Emmanuelle, les enfants, il faut en prendre soin dès qu’ils sont petits, après cela devient plus difficile!. A ce propos, et dans le même thème défendu par ASMAE, je voudrais dire que je viens de publier un ouvrage, qui reprend ces lignes directrices. Voici le lien, si vous désirez commander ou télécharger.

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/781267/s/souvenirs-d-une-enfant-visions-et-reflexions-d-une-adulte-mildred-roby/

alvarez

IMG_20151112_110049

Publicités

A propos Muriel

Je rêverais d'un monde où tous les enfants, les jeunes seraient heureux et en sécurité! Malheureusement c'est un vœu pieux, alors je ne cesse d'élever ma voix pour défendre leur cause en étant leur porte-parole!! Rejoignez-moi si vous vous sentez concernés!!
Cet article a été publié dans Associations/Causes enfance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s