Les maux incompris

Nous sommes Vendredi, chers parents, peut être que vous avez passé une bonne journée? Ou alors on vous a appelé au travail, parce que votre enfant ne se sentait pas bien? Eh! bien moi, mes douleurs aux genoux se réveillent à cause de l’humidité, ou de la pluie, mais je ne suis pas là, pour vous parler longuement de moi.

Vous avez donc deviné, de quoi je veux vous parler, de la maladie de vos enfants. Parfois elle est réelle, ils sont cloués au lit comme nous, avec une vilaine grippe, ou une gastro attrapée à l’école, suite à une épidémie qui, rappelons le, se répand très vite!

Et puis, vous avez les maladies, que l’on n’arrive pas à déterminer!

Maintes fois, au travail, j’ai pu le voir en direct! Et je vous avoue c’est impressionnant! mais tellement compréhensible parfois! En me lisant, je devine ce que vous allez dire »oh! Muriel! mais tu ne te rends pas compte! J’étais sur le point de présenter ce projet important, ou cela tombait mal, je n’avais pas encore traité ce dossier, je pensais avoir du temps pour… » Bref! Oui!Vos arguments sont légitimes! Mais, nous allons voir que si chacun fait un pas, tout le monde peut être gagnant.

Une petite de 5 ans, qu’on m’amène dans la bibliothèque, qui s’allonge, parce qu’on lui a pris la température, et qu’elle avait 40 de fièvre, on appelle les parents, vous êtes le remède magique, vous valez tous les médicaments de la terre, la petite se lève, sourit et dis »ça va déjà beaucoup mieux »! Bon je me suis faite avoir! Et ensuite, j’ai cherché à comprendre, ce qui se passe dans leurs petites têtes!

Figurez vous que j’ai mené mon enquête, j’ai questionné cette petite fille! Et elle m’a répondu, en disant » Maman elle travaille beaucoup, et je ne la vois jamais! Voilà le cœur du problème, me suis-je dis! Et je ne cite qu’un exemple, j’en ai de nombreux, mais ce qui est intéressant à savoir, c’est que leurs actions font toujours suite à une absence, de l’un ou l’autre, ou un manque de quelque chose.

Cela m’avait tellement interpelé, que je leur ai donné la parole aussi, en atelier, le thème c’était la famille, histoire de libérer la parole, alors chacun y est allé de sa petite réflexion formulée à leurs manières, et la conclusion que j’ai tiré, c’est qu’un enfant est capable, en quelques instants, de se convaincre, qu’il est malade, et d’en faire apparaître les symptômes. Derrière toutes ces actions, très bien calculées, croyez moi, se cache toujours une raison, que l’enfant estime légitime POUR LUI.

Des exemples de symptômes, guéris par l’arrivée des parents:

  • Crises et colère
  • Du mal à s’endormir
  • Maux de tête

Puis vous avez ce que j’appelle les « maladies message ».

Je veux attirer l’attention, on ne s’occupe pas assez de moi, on n’est pas assez attentif à mes besoins, je ne passe pas assez de temps, avec Maman ou Papa.

  • Apparition d’eczéma, et problèmes cutanés autre
  • Troubles du comportement, et d’apprentissage
  • Le pipi au lit systématique
  • Le fait qu’il s’isole, et qu’il soit triste

L’origine vient essentiellement de l’affectif. Elle a pris naissance, et s’est nourrie, par des conflits affectifs, et psychologiques, comme la surprotection, des problèmes non résolus du passé des parents, qui ont peut être subi des négligences affectives, ou des manques d’un tout autre ordre.

Les faits sont là! On ne peut pas revenir en arrière, mais on peut améliorer l’avenir! Ne vous jugez jamais durement, chers parents, car c’est , je le rappelle, le métier le plus délicat, et difficile au monde! Savoir doser un peu de ci, de là…

Posons nous la question, quel est l’objectif que nous souhaiterions atteindre?

Tenter de développer une relation d’amour, je ne dis pas que vous ne les aimez pas! Loin de moi cette pensée, simplement, leur dire souvent, que vous les aimez. Cela les aide à se construire, et se rassurer. Une relation de collaboration, ne pas hésiter à impliquer votre enfant, dans vos réflexions parfois, ils s’avèrent quelquefois, être de très bons juges et d’excellents conseillers. Ils voient avant vous, ce que vous avez du mal à voir. Une relation de complicité, être complices, pour eux c’est partager, des moments et des instants précieux, pour vous, et pour eux. Des instants qui ne reviendront jamais! Uniques! Une relation de respect, qui VA DANS LES 2 SENS! J’insiste, car je vois souvent, JE parle, et TU m’écoutes, l’absence de dialogue signifie pour l’enfant qu’on ne le respecte pas!

Avoir la bonne distance, ne pas l’inonder d’un amour étouffant, ou le juste milieu, ne pas le harceler, de « tu as faim, tu as froid, tu veux manger… », il sait, il connaît ses besoins! Faites moi confiance! Il viendra vers vous, s’il veut manger, dormir ou autre  nécessité, et ce, qu’il soit petit ou grand! Si vous le sollicitez constamment, au début il sera poli, et puis à la fin il va avoir une mine renfrognée, et vous ne comprendrez pas! On a dit aimer! Pas étouffer! Mettez vous à sa place, vous voyez votre mari, ou votre famille, ils ne demandent pas de nouvelles de vous, mais, sans explication, ils vont venir vers vous et dire tu as faim? Tu veux boire? Tu veux peut être t’allonger! On réfléchit, c’est insensé! Cela ne se produit jamais, à moins qu’il y ait une raison!

Pour résumer, ce que je vous ai dis, si l’école, vous appelle très souvent, il est temps de se remettre en question. Peut être, que vous ne donnez pas beaucoup de temps à votre enfant, il veut que vous le remarquiez, mais attention! Lorsqu’ils vous alarment, c’est bon signe, on peut toujours dialoguer, réparer, mais si l’enfant commence à se murer dans le silence, ce n’est pas de bonne augure, car il commence à développer des sentiments négatifs, des non dits, et un jour, où vous ne vous y attendrez pas, il vous le jettera à la figure, je vous garantis, que cela peut être violent, protégez les, entourez les, dialoguez avec eux quand vous pouvez! Ils ne vous en voudront jamais si vous leur consacrez un peu de temps, que pas du tout! La qualité du temps passé, est préférable à la quantité. On peut passer 2 heures dans le salon, avec ses enfants, sans rien se dire, et puis, soudain, le temps ne nous appartient pas, il fuit, vite, on commence à regretter, mais c’est trop tard! Alors exploitons le!

Parfois la maladie, l’enfant ne veut pas qu’on la voie, il veut paraître normal aux yeux du monde. A ce sujet, je viens de publier un ouvrage, si vous voulez commander ou télécharger un livre où vous trouverez la vie d’une enfant, moi, qui a combattu toute sa vie d’enfant pour être comme les autres, voici le lien :

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/781267/s/souvenirs-d-une-enfant-visions-et-reflexions-d-une-adulte-mildred-roby/

 

Publicités

A propos Muriel

Je rêverais d'un monde où tous les enfants, les jeunes seraient heureux et en sécurité! Malheureusement c'est un vœu pieux, alors je ne cesse d'élever ma voix pour défendre leur cause en étant leur porte-parole!! Rejoignez-moi si vous vous sentez concernés!!
Cet article a été publié dans Expériences vécues. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s