Laetitia, éducatrice passionnée des animaux

lety

Laetitia LEVY

Parce qu’il ne suffit pas de s’appuyer sur soi-même, et de se reposer sur ses acquis et connaissances ainsi que son expérience, j’ai choisi d’interviewer LEVY Laetitia, éducatrice spécialisée, qui va me parler de son parcours professionnel atypique, certes! Mais malgré tout très intéressant.

Laetitia, Bonjour!

Laetitia: Bonjour!

J’ai choisi de vous interviewer, parce que je pense que vous aurez énormément de choses à nous dire, au sujet des personnes en situation de handicap, un public, je crois que vous avez beaucoup côtoyé?

Pourriez vous nous raconter en quelques mots, votre parcours?

Laetitia: Après avoir eu mon bac, j’ai obtenu mon diplôme de Moniteur Educateur, puis, mon diplôme d’Educateur Spécialisé. Je suis également titulaire du DU (Diplôme Universitaire) »relation homme-animal » de Paris Descartes.

Pouvez vous nous partager quelques expériences?

Laetitia: Dans le cadre de mes fonctions, en tant qu’éducatrice spécialisée, j’ai eu l’opportunité d’accompagner des adultes en situation de handicap, dans le cadre d’activités éducatives très diversifiées, toutes co-encadrées d’une AMP(Aide Médico-Psychologique), telles que la pâtisserie, les contes, les jeux sonores, la géographie, ou les activités d’expression graphiques. Je les ai adaptées, de manière personnalisée, en fonction des besoins, des envies et des rythmes de chaque personne.

Des activités éducatives, en lien avec la nature et les animaux ont eu un intérêt particulier, pour plusieurs des personnes de la structure telles que les promenades éducatives, le jardinage, mais aussi le centre équestre. Guidées par une monitrice d’équitation, les besoins des personnes allaient du développement de leur bien-être, à la valorisation de leur estime de soi, en passant par les contacts avec l’autre (entre le cheval/poney, et les humains), ou les apprentissages moteurs…

Dans un grand parc, et au travers d’une promenade, ajoutés à des bénéfices liés à l’activité physique, et des compétences, en matière de repères spatio-temporels, nous allions chaque semaine, à la rencontre des chèvres, vaches et poules d’eau, mais aussi des promeneurs(souvent accompagnés de leur chien), en quête de calme, et de sérénité. De ces rencontres spontanées, naissaient parfois des échanges assez constructifs. Pour préparer cette sortie, nous prenions soin de récupérer du pain, que les bénéficiaires distribuaient aux poules d’eau. Ils donnaient également de l’acacia aux chèvres, tentaient de les caresser, ou parlaient aux vaches.

Ainsi, les soins apportés aux animaux, permettaient à chaque individu de développer, ou maintenir des compétences variées selon les besoins de chaque individu, dans un souci permanent du bien-être de ces personnes (vie de groupe, mémoire, patience, confiance en soi, communication, socialisation, motricité fine…). Moteur de la relation, l’animal est ici, le support éducatif ou thérapeutique, qui va aider la personne en situation de handicap, à travailler sur ses besoins.

C’est ce qui vous a amené, vers le rapport entre l’homme et l’animal, je suppose?

Laetitia: Passionnée, et entourée par les animaux, depuis ma plus tendre enfance, j’ai découvert l’équi-thérapie en 2004. Sensible aux problématiques humaines, mes expériences m’ont permis de renforcer cet intérêt, pour les relations homme-animal.

Pourquoi, les structures ne voulaient pas inclure cette pratique, qui, somme toute à l’air de donner de bons résultats?

Laetitia: Mes responsables n’ont pas souhaité valider ce projet, en tous les cas, à l’intérieur de la structure, prétextant des inconvénients liés aux coûts, à la sécurité des personnes, le risque de contamination. Dommage! Qu’ils n’aient pas su prendre en compte, les effets bénéfiques des interactions positives des animaux, envers les personnes accueillies.

Alors, qu’est-ce qui vous a poussé à approfondir vos recherches?

Laetitia: En avançant, au fil de mes recherches, j’ai assisté à des colloques, des stages. Grâce à des rencontres, des associations, j’ai pu me faire une idée plus précise, plus claire, des bienfaits de la relation homme-animal, particulièrement en médiation animale.

Vous parlez de médiation animale, que renferme ce terme exactement?

Laetitia: Voici la définition de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer: »recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle humain-animal dans les domaines éducatifs, sociaux ou thérapeutiques ».

 C’est par une pratique découverte par hasard, en 1953, par le pédopsychiatre américain Boris Levinson. Accompagné de son chien, ce médecin reçut un enfant autiste en thérapie. Du fait de la présence de l’animal, il releva des attitudes, jamais observées chez l’enfant, jusqu’ici, d’ordinaire prostré dans un mutisme total. L’animal devient alors un « catalyseur social« .

La médiation animale, est originaire des pays du nord, plus précisément du Québec. Elle est arrivée en France, il y a une dizaine d’années à peine, mais elle se développe de plus en plus. En Italie, elle est reconnue par le Ministère de la Santé. En France, elle est considérée comme une compétence, une spécialisation, et non un métier. En revanche, au Québec, on parle de zoothérapeute, quand en France, on emploie le terme d’intervenant en médiation animale. Par manque de règlementations, en matière de pratiques et de diplômes, les dérives s’installent, tant au niveau des contenus, que sur les coûts de formation.

A l’heure actuelle, un seul diplôme en médiation animale, est reconnu, pour l’instant le DURAMA (Diplôme Universitaire de Relation d’Aide à la Médiation Animale), à Clermont Ferrand. Il existe également, le DU relation homme-animal, dispensé à Paris Descartes, plus axé, sur l’éthologie, au sens large, malgré un cours consacré, à la médiation animale.

Toute une réflexion, menée autour des pratiques, des échanges, m’ont amené à m’intéresser à « l’âne dans un travail de lien social ».

Pourquoi l’âne précisément, plutôt qu’un autre animal?

Laetitia: C’est une très bonne question! Je l’ai découvert par l’intermédiaire de l’association »Médi’âne ». Grâce à elle, j’ai eu l’opportunité de participer à des stages en éthologie asine, et des rencontres en lien avec « l’âne dans un travail de lien social ». Ces rencontre enrichissantes, m’ont donné l’envie de mieux faire connaître les ânes, de changer les mentalités. Changer le regard des gens vis-à-vis de cet animal, encore trop souvent dénigré, ces préjugés, les idées reçues, que l’on porte sur cet animal aux grandes oreilles. Qu’on se le dise, l’âne n’est ni bête, ni têtu!

J’ai pour perspective de créer, ou m’associer à un projet en lien avec la médiation asine. Une association? Une micro-entreprise? Je suis en pleine réflexion…

Vous n’avez eu de l’expérience qu’avec un public en situation de handicap?

Laetitia: Oui, essentiellement, c’est pourquoi, j’ai voulu diversifier mes expériences professionnelles, en décidant de travailler dans le « milieu ordinaire ». Les écoles maternelles et primaires, dans lesquelles je suis intervenue, m’ont permis d’accompagner des enfants sur les temps périscolaires (cantine,goûter, ARE, centres de loisirs), et de leur proposer des activités adaptées à leur âge. Je connais les différents stades du développement de l’enfant, mais il est toujours intéressant, utile, de vérifier ses connaissances, en les mettant en pratique, du moins si on vous en donne la possibilité. Une opportunité, qui s’est présentée, grâce à mon diplôme de Monitrice Educatrice.

Qu’elle serait votre phrase de conclusion?

Laetitia: Pour conclure, je dirais que face à une société, de plus en plus morcelée, et en perte de repères, l’Homme doit consolider son attachement à la nature, tout autant que ses liens avec les animaux, car si ces derniers nous aident à nous rapprocher de l’Autre, ils nous permettent, avant tout, d’aller à la rencontre de nous même.

Quelle belle conclusion, je vous remercie de m’avoir accordé cette interview, je pense que, dorénavant, nous regarderons les ânes d’une autre manière!

Laetitia: Merci à vous!

 

Bibliographie
Le Livre de l’âne : Le choisir, le connaître, l’élever, l’éduquer, Jacky Davézé et Alain Raveneau

L’enfant et la médiation animale,  François Beiger
L’animal à l’âme , Sandrine Willem
La zoothérapie, nouvelles avancées, Georges Henri Areinstein
Des animaux pour rester des hommes, Patricia Arnoux
Des loups dans la bergerie, Père Guy Gilbert
L’interprète des animaux, Temple Grandin
Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier, Jérôme Michalon, Paris, Presses des Mines, Collection Sciences sociales, 2014.

L’enfant et l’animal, Hubert Montagnier Odile Jacob 2002
Articles de journaux
Lien social
Les cahiers de l’âne

Sites internet de références :
Fondation Adrienne et Pierre Sommer
Blog de la médiation animale
Association Médi’âne
Association Licorne et Phénix

Def médiation-animale (Fondation Sommer)
« Recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle humain-animal dans les domaines éducatifs, sociaux ou thérapeutiques. »

Actualités :
– Exposition chiens et chats à la cité des Sciences de Paris
– Symposium du SEEVAD, colloque d’éthologie vétérinaire à l’hôpital mutualiste Montsouris
– Colloque « bien-être animal » LFDA à UNESCO
-Groupe régionaux de l’association Licorne et phénix
-Rencontres, stage en éthologie, colloques autour de « l’âne dans un travail de lien social » avec l’association Médi’âne

Formations reconnues :
Diplôme d’Equicien (association handi-cheval)
DU relation homme-animal (université Paris Descartes)
DU RAMA (université Clermont-Ferrand)
DE chiens (ENVA)
DU anthropozoologie (université Paris 13)
DU éthologie du cheval (université de Rennes)
Diplôme de comportementaliste-médiateur pour animaux de compagnie (EAPAC)

Il y a un peu plus d’un mois maintenant, j’ai interviewé Laetitia, aujourd’hui je poste son annonce, car elle est compétente dans ce qu’elle fait, sait de quoi elle parle, et mérite sa place, dans ce domaine.

 Bonjour, à la recherche d’un emploi, je propose mes compétences d’éducatrice spécialisée et ma spécialisation en relations Homme-Animal dans un projet auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes en situation de fragilité  (handicap mental, TSA, déficience mentale, psychique, handicap social) . 8 ans d’expérience dans le social et médico-éducatif (bénévole, monitrice-éducatrice, éducatrice spécialisée…), et plusieurs expériences professionnelles et personnelles en éthologie asine. Permis B. Etudie toutes propositions.

 Pour plus de contact, et d’autres informations (Curriculum Vitae) : laetitia.levy1@free.fr

Publicités

A propos Muriel

Je rêverais d'un monde où tous les enfants, les jeunes seraient heureux et en sécurité! Malheureusement c'est un vœu pieux, alors je ne cesse d'élever ma voix pour défendre leur cause en étant leur porte-parole!! Rejoignez-moi si vous vous sentez concernés!!
Cet article a été publié dans Interviews. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Laetitia, éducatrice passionnée des animaux

  1. laetitia levy dit :

    merci à Muriel d’être mon vecteur positif 😉
    Ce blog est devrait être reconnu d’utilité publique…et il a de beaux jours devant lui !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s