Embarquement immédiat pour Madagas’care!…

photo-sandrine

Sandrine LECOINTE

 Chers lecteurs et chères lectrices, le ton est donné, vous allez voyager, vous évader, le temps d’une page, un instant suspendu garanti!

C’est au cours de l’évènement Start-up Week-end Paris, Madagascar Edition 2016, du 27 novembre , que j’ai fais la connaissance de Sandrine LECOINTE , Présidente Fondatrice de MADAGAS’CARE COSMETIQUES, une toute jeune start-up, existant depuis 2015. Cependant, quand vous l’entendez en parler, vous avez la sensation qu’elle existe depuis bien plus longtemps que cela, tellement le sujet ne tarit jamais, il y a tant à dire, et à faire!

A la tête de cette entreprise, une femme avec une double culture (française et malgache), une femme volontaire, souriante, engagée, et passionnée par ce qu’elle fait.

J’ai tenu à l’interviewer, parce que d’une part, je souhaitais illustrer l’évènement avec un projet qui s’est concrétisé, et qui touche Madagascar, et d’autre part, parce que sa démarche, sa vision adoptée, m’ont profondément touchée.

Sandrine! Bonjour!

Sandrine.L: Bonjour!

Parlez-moi un peu de vous, de votre parcours?

Sandrine.L: J’ai un parcours vraiment loin d’être ordinaire! En fait, j’ai vécu 20 ans en Afrique, j’ai suivi des études dans une filière artistique. De là, est né un  goût pour les arts, la créativité et le design. Je suis passée par les petits boulots alimentaires, j’ai travaillé également 8 ans dans le nucléaire, et puis le déclic s’est produit à la naissance de mon fils.

Une envie d’entreprendre, et de participer à une certaine reconstruction de Madagascar,  en faisant quelque chose de bien, de bon pour l’Ile dont je suis originaire. Finalement, j’ai relevé le défi, et pris la tête d’une activité. Je ne vous cache pas que cela a été très difficile, mais quand on démarre une start-up, et qu’on se passionne pour ce qu’on décide de faire, cela vous prend aux tripes, vous avez des freins, mais il est indispensable de savoir:

  • Où on veut aller, quelle direction prendre
  • Quels sont les objectifs que l’on se fixe
  • Quels moyens on met en œuvre pour les atteindre, ou les dépasser.

Autour de vous, les amis ne vous comprennent pas, vous ne pouvez  partager cet engouement qu’avec des personnes, dont le point de vue et la vision, concordent avec les vôtres.

Qu’est-ce qui vous a amené à choisir le secteur du cosmétique?

Sandrine.L: C’est une passion depuis toujours. Une vraie passion. Je suis constamment étonnée  de ce qui peut être accompli, pour améliorer, embellir, sublimer la peau. C’est un élément de notre corps tellement complexe qui diffère selon nos origines, et moi qui suis métissée, cela me parle d’autant plus!

En 2013, à 7 mois de grossesse, j’ai été victime d’une fracture du bassin, un cas pourtant très rare!  9 mois de rééducation qui ne donnent aucun résultat, entre les séances de kiné, les antalgiques, les médicaments, je ne constatais aucune amélioration.

 En 2014, pressée par ma famille, qui me conseille de me faire masser,  je décide de les écouter. Il faut vous dire qu’en ce qui me concerne, le massage est un dernier recours , si je ressens des douleurs, mais ce n’est pas dans mes habitudes, contrairement à ma mère et mes tantes qui l’ont entièrement intégré dans leurs habitudes culturelles!

baobabs

Une allée de baobabs à Morondava

C’est ainsi que quelque part, dans un village, non loin de Morondava, j’ai fais la connaissance d’une masseuse. Au bout d’1 mois, je sentais déjà les effets bénéfiques sur mon corps. Intriguée par ce changement miraculeux, je lui ai posé des questions au sujet de ses huiles, de ce qu’elle utilisait comme plantes pour me masser. Elle m’a tout expliqué. Elle préparait  des décoctions, et réalisait des huiles à partir de certaines plantes, qui m’ont d’ailleurs aidée à recouvrer la santé.

A cet instant, j’ai réalisé que la connaissance de ces femmes malgaches, à propos des plantes que nous avons chez nous, n’étaient pas du tout mise en valeur, la raison de ma démarche, car j’estime que cela doit être vu et connu!

D’où votre choix d’inclure  des ressources naturelles malgaches dans vos produits?

Sandrine.L: Exactement. Il faut savoir que je travaille avec un Laboratoire Français expert en cosmétiques naturelles. Qui dit naturel, dit absence totale de pétrochimie, de paraben, ou de silicone, toute source de perturbations endocriniennes, il faut le savoir.

Quelles différence y-a-t-il entre vos produits, et les produits courants sur le marché?

Sandrine.L: Il n’y a pas d’ingrédients transformés. Par exemple pour le gommage, j’utilise les copeaux de noix de coco. Moins de pollution, un plus pour la planète.

Parlez-moi de votre logo, je le trouve très joli!

logo-mada-cos-2

Logo de MADAGAS’CARE COSMETIQUES

Sandrine.L: la fleur symbolise une fleur très connue chez nous, la Pervenche de Madagascar. Et au cœur de cette fleur, y est représenté tous mes actifs, les 11 plantes que j’utilise comme le coco, le karité, le jojoba etc…

Quelles promesses garantissez-vous? L’efficacité, le naturel?

Sandrine.L: Ma garantie est d’avoir un corps sain en utilisant des produits sains. Même les femmes enceintes peuvent utiliser les produits que je propose. A partir de 25 ans, nous pouvons considérer que la peau est « formée », elle a son vécu, les poches, les cernes, les rides font leur apparition.

Les nombreuses propriétés de la « Centella Asiatica », plus connue chez nous sous le nom de « Talapetraka », ainsi que son efficacité n’est plus à prouver! Elle est utilisée notamment chez certaines grandes marques.

Donc vous voyez! Personne ne met Madagascar en avant, tout le monde se sert et détruit, mais il n’y a quasiment pas d’action pour repeupler l’Ile avec des arbres.

Saviez-vous qu’il y a 30 ans en arrière on l’appelait l’Ile Verte ? La végétation y était luxuriante, maintenant on la nomme l’Ile Rouge parce qu’elle a laissé la place à la terre rouge, brûlée.

Maintenant pour moi, votre engagement coule de source!

A ce propos, pourriez-vous m’en dire plus sur votre engagement, notamment l’opération 1 produit acheté= 1 arbre planté?

La contribution de MADAGAS’CARE COSMETIQUES pour la reforestation à Madagascar en partenariat avec l’Association Sous le même ciel et Alamanga

Voilà ma conception:

Je prends ce que la Nature me donne, mais je dois redonner à la Nature ce qu’elle m’a apportée. A travers toutes ces actions, je souhaite mettre Madagascar, et les femmes en avant.

Quel beau slogan, si tout le monde faisait attention, il y aurait moins de pollution humaine!

Que diriez-vous pour conclure cette interview?

Sandrine.L:Je dirais qu’avoir des enfants, change parfois  notre positionnement, et nos priorités dans la vie.

Pour ma part, j’ai foi en mes cosmétiques, à venir j’aimerais proposer une gamme pour hommes, mais aussi pour les enfants, parce qu’ eux aussi sont directement concernés, ils sont l’avenir. Et je laisserai une question ouverte, qui va sans doute en faire réfléchir plus d’un:

Que va-t-on laisser comme héritage à nos enfants?

J’espère de tout cœur, qu’après cet entretien si riche, chacun, chacune, va essayer de se sentir plus responsable et plus impliqué!

Merci Sandrine LECOINTE, de m’avoir accordé cette entrevue!

Sandrine L: Merci à vous!

Source Image Baobabs:https://association-fanamby.org

Sites et contact:

https://www.facebook.com/Juniors-Pour-Madagascar

Association partenaire Sous le même ciel et Alamanga: http://www.sous-lememeciel.com

https://fr.ulule.com/madagascare-cosmetiques

sandrine@madagas-care.fr

www.madagas-care.fr

Publicités

A propos Muriel

J'ai constaté tristement que si les enfants rencontrent de graves problèmes, c'est dû essentiellement aux adultes qui n'ont pas fait ce qu'il fallait au moment où ils en avaient besoin!
Cet article a été publié dans Interviews. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s