Histoires vraies…

Bonjour chers parents et chers diamants,

J’espère que vous passez de bonnes vacances en toute sécurité, je vous dis cela parce que je vous avais dis que je vous raconterai des histoires vraies pour réveiller les consciences parfois, mais aussi pour que vous redoubliez de vigilance aussi.

Je vous raconterai ces histoires parce que malheureusement cela fait partie de la réalité. Ce n’est absolument pas dans le but d’insinuer que vous seriez des mauvais parents, ou quelque chose d’approchant, ce blog est destiné à de la prévention des risques éventuels qui pourraient surgir. Personne n’est à l’abri, et il suffit d’une poignée de secondes pour que tout bascule.

Lorsque je travaillais dans l’animation, j’ai fais un constat:

-Le manque de vigilance, et de non responsabilité, font que les adultes ne réalisent pas à quel point surveiller peut être vital.

Chaque jour, Google Actus me donne des horreurs classées comme faits divers sur des enfants qui n’ont pas été surveillés, ou des adultes ayant fait part de négligence envers ceux qu’ils étaient sensés protéger.

Normalement, tout le monde devrait savoir que les enfants doivent être surveillés, ou lorsqu’ils sont grands, j’entends par là à partir de 9 ans. On se dit « ça va ils sont grands on va pas tout le temps être après eux, il faut leur laisser la liberté de pouvoir respirer! « je dis oui mais attention!

L’histoire que je vais vous raconter est très triste, quelque chose qui aurait pu être évité.

Je venais travailler comme tous les jours, je me souviens nous étions en été. Nous préparions la salle pour accueillir les enfants, mais ce jour-là, ne serait pas comme les autres. Une animatrice est arrivée et nous a annoncé la mauvaise nouvelle: une maman lui avait téléphoné pour lui annoncer que son enfant était mort en vacances, il était inscrit pour la 2ème semaine au centre de loisirs.

Il était parti en vacances avec la meilleure amie de la famille, qui avait un fils de l’âge de cet enfant. Lorsque nous avons appris les circonstances de sa mort, nous étions atterrés. Quelque chose.

D’après les faits relatés, tout se passait bien, jusqu’à ce jour où le fils de la meilleure amie, a entraîné l’enfant dans une bêtise qu’il pensait sans conséquence et sans gravité. Il se trouvait que le camping avait une piscine avec des grillages avec des trous où l’on pouvait se faufiler. C’est ce que les 2 jeunes garçons ont fait. Lorsque tout le monde était occupé ailleurs, ils sont rentrés par un des trous du grillage et ont sauté dans la piscine, du côté où l’on n’a pas pied, Sauf qu’un des enfants ne savait pas nager. L’autre garçon ne sachant pas quoi faire, voyait son copain couler, mais pas question d’alerter les adultes, il allait se faire gronder!

Ne voyant pas son copain remonter à la surface, il a fini par le dire à sa mère occupée à discuter, persuadée que les enfant jouaient sagement.

En panique, la meilleure amie se serait précipité à la piscine, mais il était trop tard! Le corps du garçon était remonté à la surface, sans vie.

Des vies gâchées pour un manque de surveillance, lorsqu’on prend les enfants des autres on devrait être conscients que c’est un engagement.

La meilleure amie détestée, les parents et la petite sœur orphelins et inconsolables, et en colère. Sa petite soeur qui avait 5 ans à l’époque des faits, avait été interdite de toute activité aquatique à cause de cette tragédie. Cependant, elle ne comprenait pas trop pourquoi on lui interdisait d’aller à la piscine. Elle adorait l’eau!

Connaissant les faits, je me suis longuement entretenue avec la maman qui a fini par céder, face à mes arguments, en disant » entendu, je veux bien qu’elle aille à la piscine si c’est vous qui surveillez, mais ne dites rien à son père, il refuse catégoriquement qu’elle aille à la piscine ». Cette totale confiance m’avait beaucoup touchée.

Un soir, c’est son père qui est venu la chercher, elle toute fière a couru dans les bras de son père en disant « je suis allée à la piscine avec Muriel », devais-je avoir peur de son regard interrogateur? Non, j’ai discuté également avec lui pour lui faire entendre raison, que la tragédie qui leur était arrivée ne devait pas freiner la vie de leur autre enfant, il a pleuré, et a fini par me dire « vous avez raison ».

Toute cette histoire pour non pas vous mettre la pression, mais lorsque vous avez délimité le périmètre, donné des consignes claires et précises, et qu’au bout d’un certain temps, vous ne les voyez pas, inquiétez-vous quand même un peu…

Publicités

A propos Muriel

Je rêve d'un monde où tous les enfants, les jeunes sont heureux et en sécurité! Rejoignez-moi si vous aussi vous souhaitez un meilleur à venir pour vos enfants, je me dresse comme porte parole pour leur donner de la voix!!
Cet article a été publié dans Expériences vécues. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s